Client au centre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 17 juin 2011

Offrez vous des nouveaux clients !

2124970062.JPGToutes les entreprises connaissent la problématique du bon mix à trouver entre la politique de fidélisation, et en amont, de celle de l’acquisition. Dans la distribution, après la vague des programmes de fidélisation, majoritairement à carte, voici que se développe les produits d’acquisition client. Ce sont les coffrets cadeaux, chèques et cartes cadeaux.

L’idée de base est que ce genre de produit, outre le chiffre d’affaire qu’il génère, comporte intrinsèquement un effet viral naturel. Il est acheté par un client, qui l’offre à un autre contact, qui à de bonnes chances (selon votre part de marché) d’être un prospect.

278026890.JPGCes dernières années, à l’instar du développement des SmartBox et autres, le marché des coffrets cadeaux a explosé, c’est maintenant au tour de celui des cartes cadeaux. Selon une étude Deloitte en 2008, ce type de cadeau est dans le top 3 des cadeaux les plus demandé et n°5 des cadeaux les plus offerts. Le marché global du prépayé est estimé à 130 milliards en Europe !!!. A confirmer en fonction de l’impact  de la crise sur les « offreurs de cadeaux ». En attendant, les initiatives se multiplient et des blogs comme Altazéo.com tentent de référencer  toutes les offres du marché, pour guider les consommateurs dans cette jungle de plus en plus luxuriante.   

Coté distribution, si  les cadeaux prépayés permettent d’acquérir des nouveaux clients à bon compte, les spécificités de ces produits nécessitent parfais des compétences et des développements spécifiques qui en ralentissent l’implémentation.

L’avenir nous dira si le futur est aussi « bright » qu’annoncé, mais le fait que des « méga join ventures » comme celle du groupe Accor et de MasterCard soient mises en place, semble être un bon indicateur de l’attractivité de ce marché.

mardi 1 mars 2011

Viral, buzz, bouche à oreille, 5 moyens de faire parler de vous

Comme toutes les modes, le buzz est devenu au fil du temps le grand fourre-tout de multiples types d’actions.

Avant tout, les actions ne répondent pas toutes aux mêmes objectifs. Certains rêvent d’acquisition d’adresses opt’in quasi gratuite, mais nous savons tous que terme de marketing efficace la gratuité est rarement de mise. D’autres plus réalistes vise la visibilité avant tout.

Pour clarifier les choses, à mon humble niveau, dans le quotidien de mon activité, j’ai identifié 5 types d’actions virales.

La viralité :
- Par le côté créatif
- Par la fonction
- Par la mécanique
- Par la personnalisation
- La viralité naturelle

Bien entendu ces catégories ne sont pas exclusives entre elles et certaines actions combinent plusieurs éléments clés de ces types d’actions.

Le buzz créatif : Campagne qui par une création originale donne envie à son destinataire de la transmettre à d’autres. C’est l’effet « Wow, regardez ce que j’ai trouvé ! ». db70823b0895e6664f61e8fbbfce06bc.jpg
L’objectif principal doit rester la visibilité. C’est par exemple le cas des campagnes à base d’humour ou le cas des vidéos ou vraies « fausses pubs » que l’on diffuse sur YouTube ou Dailymotion .

Le buzz par la fonction :
3883bfc8fb42fdabe8aa6787715ca11d.jpgEst une campagne qui propose qui propose une fonctionnalité utile que le public cible de base aura envie de partager. C’était par exemple le cas des « Easter Bunny », dont j’ai déjà parlé, et qui servaient de démonstration d’une technologie de « text to speach » très poussée ou des mini-sites d’e-cartes animées.

Le buzz mécanique : basé par exemple sur une mécanique de jeux dans lequel une des phases exige la constitution d’une équipe ou propose d’augmenter ses chances en communiquant des adresses de tiers. L’objectif dans ce cas est bien entendu de recruter le plus efficacement possible.

Le buzz par la personnalisation : Dans ce cas, l’effet bluffant vient de l’aspect extrêmement personnalisé des visuels ou le la bande son. 167e3beb8b2593a205d8ee89e3d69a18.jpg Bon nombre d’entre nous se souviennent du buzz réalisé au moment des élections présidentielles avec Bruno Masure et une mécanique qui permettait de s’afficher comme vainqueur ou perdant de l’élection en introduisant sa propre photo et son nom. C'était également le cas de l'action Kidizoom et de bien d'autres. Beaucoup d’autres formes de personnalisation sont possibles, l’essentiel est de conservé l’effet surprenant.

Le buzz naturel : Outre la viralité naturelle que peut avoir un email, facile à transmettre ou le simple bouche à oreille, il est possible de proposé à l’internaute de transmettre l’information à d’autres. Mais ce qui caractérise le plus cette dernière catégorie est l’absence de contrôle sur la viralité générée.

Quel que soit la note majeure choisie, pour sortir du lot la clé reste la créativité, voir l’audace ! Osez, vos contacts vous diront merci.

lundi 1 novembre 2010

Effet viral assuré …

Je viens de recevoir une e-carte dont la bande son est entièrement personnalisée par l’expéditeur.

accfffbcdd9abbe417cedd544c582285.jpgCe n’est pas tant le visuel « trop mignon » qui fait le succès de cette campagne, mais bien la performance du système de traduction vocale dont la société Acapela fait la démonstration, et en plusieurs langues, svp !
Easter Bunny

3fbcbbe42307725f6ce30fe8c3d20516.pngPour avoir fait la campagne du Père Noël de Fnac Eveil & Jeux dans laquelle notre personnage favori Le Père Noël parle en s’adressant directement à l’enfant avec son prénom. Je peux vous dire que c’est un exploit technique.

60bd278ab7792e1854d075525f745e7d.jpgPour vous donner une idée, sur le même principe, Marc Lavoine avait dû enregistrer pas moins de 400 prénoms féminin lors de la préparation de la campagne de buzz pour le lancement du film Toute la beauté du monde.
La bande son est beaucoup plus fluide qu’avec le système d’Acapela mais les applications bien moins nombreuses aussi.

Outre le buzz ou la charmante voix de votre GPS, cette technologie ouvre des portes assez intéressantes en termes de relation client (ex : un avatar peu « lire » les réponses aux questions issues d’une base de connaissances, relecture et validation de la formulation exacte d’une adresse saisie par un utilisateur qui ne l’aurait pas écrite selon les normes postales, soit 98% des cas ! )

A méditer !

vendredi 1 octobre 2010

Importance des contenus dans la communication relationnelle

Le magazine Marketing Direct m’a demandé un « avis d’expert » au sujet de l’importance des contenus dans la communication relationnelle. Voici donc en avant première l’article en question. Une occasion d’interagir et d’enrichir le débat:

Relation à la marque : la « zap attitude »
C’est un lieu commun de dire que les habitudes de consommation de la communication ont changées. Si l’on superpose l’attitude d’un consommateur issu de la « génération du tout jetable », à la manière dont il exploite Internet avec le développement des outils mobiles, il s’avère que les vielles habitudes marketing ne sont plus forcément adaptées à la nouvelle donne.

L’adage « sur Internet vos concurrents ne sont qu’à un clic » est donc plus vrai que jamais. La convergence entre le numérique et la multiplication des supports pose une problématique réelle sur les contenus de manière de plus en plus aiguë dans la communication des marques.

En matière de marketing relationnel, quel contenu permettra à la marque de garder le contact avec un consommateur zappeur submergé d’informations ?

Des contenus de qualité, une communication fréquente, mais pas trop …
Une première catégorie d’entreprises est constituée de celles qui ont une actualité régulière, comme par exemple les voyagistes on-line. Intrinsèquement les promotions et la multitude de destinations permettent d’envoyer régulièrement une ou plusieurs versions d’e-newsletters. 9a15cb45b3e724f3e760cec97c7907d4.jpg
Le challenge pour des marques comme Voyages-SNCF et les autres, est de ne pas lasser le destinataire d’e-news. Voyages-SNCF veille d’ailleurs à varier la fréquence en fonction du comportement de l’internaute.

À l’opposé, de nombreuses marques ne disposent pas de cette « actualité ». Pour elles, la question des occasions légitimes de contact se pose.

Faute de disposer d’un contenu suffisamment varié en interne, une marque peut s’approprier un territoire de communication pour profiter de son image, de sa dynamique pour en faire le fil rouge de sa communication relationnelle
7e17f76f14e31b91d8e60bbf803047c7.jpg
C’est par exemple le cas de BNP-Paribas avec le cinéma. Une thématique qui permettrait de communiquer avec une fréquence hebdomadaire sur le box-office, les sorties de films, l’actualité des stars, etc. C’est d’ailleurs ce que Cinetop.fr ou Allociné proposent.

Innover dans la forme pour valoriser le contenu

L’innovation permet de faire bouger les lignes. La presse quotidienne gratuite, par exemple, a réussi à changer les habitudes de consommation de la presse.

Côté Web, les formes modernes de communication on-line que sont les Widgets, les flux RSS, les video-mails et autres web-TV sont en plein développement.

D’autre part, le web 2.0, les blogs et outils associés font des consommateurs eux-mêmes des producteurs de contenu. Mais dans ce cas, ils échappent au contrôle des marques.

Face à tout cela, sans boule de cristal, il est prévisible que les spécialistes qui maîtrisent le fond, la forme et les savoir-faire nécessaires ont de beaux jours devant eux !

lundi 15 février 2010

Cinéma, le multi-canal en grand

Cela fait longtemps que le cinéma a découvert les vertus du buzz pour la promotion des films. En fait depuis le succès de « Blairwitch project » grâce au buzz que le film avait généré sur la toile, les majors se sont misent à exploiter de plus en plus couramment ce filon. Que ce soit via des teasing, ou vrai/faux sneak preview, chaque film bénéficie d’un plan particulier, avant sa sortie en salle et avant la sortie du DVD.


C’est le cas du film « Le royaume », avec Jamie Fox et Jennifer Gartner, qui bénéficie aujourd’hui d’une campagnecomposée de spot TV, d’actions en radio, de bannières et d’une campagne de buzz crée par Creativeshop.


Exploitant un principe de piège multi-canal l’action est lancée par un internaute qui désire surprendre un de ses amis. Le piégé reçoit un email qui l’incite à découvrir un site du FBI … French Bureau of Investigation ! ;-) Dès son premier clic, c’est trop tard ! Le piège se referme sur son ordinateur identifié et traqué par le FBI pour cette « intrusion illégale ». L’action se termine quand il reçoit un sms lui révélant le canular. Bref, du multi-canal adapté à ce buzz ludique.

www.leroyaume-lepiege.com

lundi 7 décembre 2009

Maximisez vos résultats en simplifiant la tâche des internautes !

L’occasion du lancement du grand jeu Somewhere : Instants créatifs me donne l’opportunité de rappeler un principe simple de la relation client en général et des actions virales en particulier : simplifier la tâche des utilisateurs peut rapporter gros !

150425955.JPG
Dans le cas de l’action Somewhere, le jeu concours est assez simple dans sa structure, il permet de découvrir la marque au travers de 4 univers.
De sélectionner son type de voyage préféré et de gagner des bons d'achat. Pour cela, le joueur doit simplement s’inscrire et répondre à une question dont la réponse se trouve sur le site.

Là où l’expérience est intéressante, c’est que le module viral qui permet d’augmenter ses chances en proposant à ses amis de participer, est muni d’un module de chargement des adresses emails sur différent webmails et sur Outlook. 1418139513.JPG

L’internaute ne doit plus alors que sélectionner dans sa liste les personnes concernées au lieu de taper chaque adresse.
Résultat, au lieu des 2 à 3 contacts générés habituellement par ce genre de mécanique, ce dispositif simple permet une viralité de 6 à 8 adresses par participant. De quoi collecter un maximum de prospects avec qui développer un plan de communication relationnelle on-line.


Comme quoi simplifié la vie de vos utilisateurs est presque toujours une formule gagnante !

lundi 9 novembre 2009

L’illusion de la gratuité du Buzz

Depuis que le buzz est devenu à la mode, certains ont eu l’impression que les actions virales étaient quasi gratuites ou tout du moins que les moyens à mettre en œuvre ne sont pas sont pas très important pour générer une viralité importante. Bien entendu, il n’en n’est rien.

22a66ba84847abd1032f456bbf52df2f.jpgPour s’en rendre compte je vous invite à visionner un making-off de quelques campagnes de marketing viral réalisées. Tournage de vidéos, trucages, illustrations, ces actions ne reculent aucun moyen multimédia pour réaliser des campagnes percutantes.

lundi 19 octobre 2009

Médisez, calomniez, il en restera toujours quelque chose !

Ceux qui me lisent régulièrement savent sans doute que j’ai organisé, il y a peu, la présence de la Ligue Européenne Contre la Maladie d’Alzheimer (LECMA) à Vincennes lors de la journée du cheval ; le 20 septembre, à la veille de la journée mondiale contre la maladie d’Alzheimer. Un événement à forte couverture média, avec des « peoples », des animations et un très large public.

Vincennes.JPG

Trop heureux d’avoir réussi ce partenariat entre « le cheval français » et deux associations qui s’occupent de cette noble cause. J’étais loin de me douter de la tournure de la suite des événements …

Comme les trois quarts des Français, vous avez assisté la semaine dernière à l’explosion du scandale des « 17 associations » qui selon Le Parisien « auraient détourné des millions ».

Le problème que je voudrais soumettre à votre sagacité est le suivant : Il s’avère maintenant que LECMA, cité dans presque tous les articles et les reportages TV, ne fait pas partie de la liste des associations sur lesquelles la justice enquête, que les accusations de détournement sont totalement infondées (Pas de lien avec les fournisseurs incriminés & 0€, 0 cent partent vers les US, …).

Mais vous l’avez compris, le mal est fait ! La toile regorge de réactions négatives, les reportages en  « catch-up » sur les sites des médias tournent toujours, etc. Bref, médisez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ! En particulier depuis l’avènement de cette formidable caisse de résonnance que sont la blogosphère et le global média.

Pour les associations comme pour les marques l’e-réputation devient souvent difficile à gérer. Scandale ou pas, c’est un métier en plein boum !

lundi 14 septembre 2009

Quand le buzz tue !

Encore un buzz qui fait appel à la peur. Mais cette fois, l’idée est 100% en ligne avec la thématique du produit à promouvoir, le film « Intraçable ».03333833110622b9b08cb75a281a326c.jpg

L’idée à la base de ce triller est le « premier meurtre 2.0 », plus les internautes regardent la vidéo plus vite les victimes sont tuées. Un meurtre participatif en quelque sorte !

L’action de buzz reprend bien entendu cette mécanique et propose de piéger ses amis en les poussant à accéder à un site qui reprend cette idée. Au bout de quelques secondes, le destinataire du mail peut dire ouf ce n’est que la promo d’un film !

d44de22783545fac3e18ce8538c91133.jpg

Outre le principe du piège, l’action met en place les outils pour faciliter l’effet de buzz, téléchargements des carnets d’adresses Gmail, Hotmail, Yahoo et Outlook.
00c6fb6801d816af8f55ed78ef29813f.jpg

Pour l’instant l’action est en béta-test jusqu'à mardi mais vous pouvez-déjà la découvrir sur http://www.tueavecmoi.fr

mercredi 30 avril 2008

Recyclage de la vague ch’ti

f5b37995b783fb54c64052573449f406.jpgC’est en surfant sur le blog de l’excellent Jacques Froissant que je suis tombé sur le ch’timizator.


Autant je trouve l’initiative de ce site amusante, autant chaque fois que j’entends la pub de Toyota sur Rires & Chansons où un soit disant ch’ti fait de la « bonne » grosse promo j’ai le poil qui s’hérisse.

Même si certains sont allez voir Bienvenue chez les ch’tis plusieurs fois, la répétition du message publicitaire crée chez certains une réaction allergique qui pousse à zapper.

Sans relancer un débat publicitaire Toscanien à la Benetton, vous me direz que si j’en parle, c’est que je l’ai retenue. Pas faux ! Encore un succès des gens du nord ;-)